Journée mondiale de l’environnement –
l’interconnexion des écosystèmes à l’épreuve de l’Homme

Pour cette Journée mondiale de l’environnement, décryptage du phénomène des sargasses et la notion d’interconnexion des écosystèmes, liés par des équilibres qui nous échappent et souvent fragilisés par nos activités. Par Katia Nicolet, docteur en biologie marine à bord d’Energy Observer.

Tout, dans la nature, est connecté. Nos actions ont un impact, certes indirect, mais tangible sur notre environnement, non pas seulement proche de nous, mais également à l’autre bout du monde. Les engrais répandus dans les champs d’Amérique et d’Europe, ainsi que la déforestation de l’Amazonie influencent l’équilibre naturel de l’océan et causent des catastrophes écologiques aux Caraïbes.

Tout est connecté

L’humain à tendance à décrire, classer, quantifier et définir tout ce qui l’entoure, rangeant chaque espèce, chaque habitat ou écosystème dans une petite case avec des bordures bien définies. Il est rassurant, peut-être, de classifier ce que l’on voit, pour mieux comprendre et même contrôler notre environnement. Mais voilà, la nature se moque bien de nos artifices humains. Tout, dans la nature, est interconnecté.

Dans les eaux calmes de l’Atlantique se trouve une mer sans frontières, sans rivages et sans limites aisément définissables, la Mer des Sargasses. Cette Mer est créée par quatre grands courants marins, formant un gigantesque vortex de 3 200 km de long et 1 100 km de large. À l’intérieur de ce tourbillon, loin de tout continent, les eaux sont pauvres en nutriments et de ce fait, étonnamment bleues et cristallines. Les vents y sont pratiquement inexistants, et bien des navires ont dérivé ici, flottant sans but, dans l’attente d’un brin d’air salvateur. Leur course est d’autant plus ralentie par la présence en surface, de denses nappes d’algues : les sargasses.

Les sargasses, un écosystème unique

Les sargasses sont parmi les seules algues marines à se reproduire par fragmentation, directement en pleine eau, sans jamais avoir besoin de s’attacher à un substrat. Elles se forment dans les eaux riches en nitrates et phosphates du Golfe du Mexique, où elles trouvent tous les nutriments nécessaires à leur développement. Elles dérivent ensuite et sont emportées par le Gulf Stream jusqu’à la Mer calme qui porte leur nom.

Là, les sargasses se réunissent en radeau, recouvrant complètement la surface et créant un écosystème unique, que l’on nomme parfois la forêt dorée, du fait de la coloration jaune des sargasses. Cette canopée flottante est un refuge pour des centaines d’espèces qui viennent se cacher entre les « feuilles », prenant parfois leur couleur pour mieux se camoufler ; comme le poisson grenouille des sargasses, une espèce que l’on retrouve uniquement sous ces radeaux d’algues.

©shutterstock

Les jeunes tortues marines viennent aussi résider entre ces algues après avoir quitté la plage qui les a vu naitre. Les juvéniles et les petites espèces de poissons attirant les plus grandes, la Mer des Sargasses abrite aussi thons, marlins, et requins. En tout, c’est 122 espèces de poissons, 100 espèces d’invertébrés et 4 espèces de tortues marines qui vivent grâce aux sargasses, sans faire mention des oiseaux marins qui viennent s’y nourrir ou se reposer en surface.

©Energy Observer Productions - Francine Kreiss

Des interconnexions méconnues

Cet écosystème lointain est aussi primordial pour la survie d’espèces que l’on rencontre près de chez nous. Depuis Aristote et jusqu’à aujourd’hui, les scientifiques se sont penchés sur une question, sans jamais pouvoir y répondre : où et comment les anguilles se reproduisent-elles ? On sait à présent que les larves d’anguilles atteignent les côtes Européennes et Américaines puis remontent les rivières pour venir grandir et se développer dans les eaux douces des marais. Elles y passent 10 ans de leur vie, toujours à un stade immature, avant de commencer une migration de 5 000 km pour repartir vers la mer, quitter les côtes et atteindre la Mer des Sargasses. Là, dans les eaux sombres et profondes, cachées par la canopée flottante, les anguilles matures disparaissent… Jusqu’à ce jour, aucun scientifique n’a observé leur reproduction. Mais une chose est certaine, cette espèce classée comme « en danger critique d’extinction », dépend des sargasses pour sa reproduction.

Un équilibre perturbé par l’activité humaine

Malheureusement, cet écosystème unique est aujourd’hui menacé. Dans la gyre de l’Atlantique Nord, où se trouve la Mer des Sargasses, réside aussi une autre mer : une mer de déchets plastiques qui s’accumulent, s’entassent et créent ce qu’on appelle aujourd’hui le 7e continent. Cette pollution plastique cause la mort de centaines d’espèces marines par étranglement ou obstruction intestinale. Le plastique n’est jamais biodégradé et se fragmente lentement en morceaux plus petits, polluant ainsi toute la chaine trophique, des alevins aux cachalots. Ces déchets jetés en pleine nature, à des milliers de kilomètres de là, mettent en danger tous les habitants de la Mer des Sargasses.

Depuis 2011, les sargasses elles-mêmes causent des problèmes majeurs sur les côtes des Caraïbes et le littorale ouest africain. Pour une raison encore mal connue, les sargasses prolifèrent plus que de raison, et des radeaux de plusieurs centaines de mètres carrés viennent s’échouer sur les plages.

©shutterstock

La Guadeloupe en a récolté à elle seule plus de 300 000 tonnes en un an. Une fois sur les plages ces algues se décomposent, libérant des odeurs nauséabondes et des gaz nocifs comme l’hydrogène sulfuré. Elles encombrent aussi les plages, empêchant les tortues matures de venir pondre ou leurs petits de sortir du nid, provoquant l’effet inverse de leur rôle qui, à l’origine, est positif.

4 sept. 2008, sargassum in the US, size about 45 km ©️ ESA, CC BY-SA 3.0 IGO

L’accumulation de sargasses en décomposition dans les lagons promeut aussi la surproduction de certaines bactéries qui rendent l’eau anoxique, c’est-à-dire pauvre en oxygène. Ce manque d’oxygène et de lumière cause la mort de beaucoup d’espèces sessiles comme les coraux et les herbiers marins. Ces algues filtrent et concentrent également un nombre impressionnant de polluants en s’approchant des côtes, tels que la chlordécone, l’arsenic mais aussi 28 métaux lourds dont l’aluminium, le cuivre et le manganèse. Cette double pollution des plages est une véritable catastrophe écologique, économique et sociale pour les gens vivant au bord de l’Atlantique.

Plusieurs hypothèses tentent d’expliquer la prolifération des sargasses hors de leur zone de distribution naturelle. Est-ce la modification des courants marins dû au changement climatique ? Ou est-ce l’augmentation en nitrates et phosphates des grands fleuves Américains, Africains et Européens dû à une intensification de l’agriculture et de la déforestation ? La vérité est sûrement multifactorielle et les scientifiques tentent aujourd’hui de résoudre cette équation.

Une chose est sûre : tout est connecté.

Newsletter

Fermer

Inscription à la Newsletter

Mentions légales

Fermer

Mentions légales

Conditions d'utilisation du site internet energy-observer.com

Vous êtes actuellement connecté au site internet de Energy Observer SAS.
L'utilisateur en ayant accès à ce site s'engage à se conformer aux présente conditions d'utilisation.

Informations éditeur :

Ce site est édité par :
ENERGY OBSERVER
Société par Actions Simplifiée au capital social de 800 000 euros,
Immatriculée au Registre des Sociétés de Saint-Malo sous le N° 812 988 020 RCS Saint-Malo,
Siège social: 27, quai Duguay Trouin - 35400 Saint-Malo - France.
N° de Siren: 812 988 020

Direction de la communication corporate de ENERGY OBSERVER

6 bis, avenue Louis Martin
35400 Saint-Malo
France

Responsable de la publication : Victorien Erussard

Informations hébergeur :

Ce site est hébergé par :
GABOWEB
Société à Responsabilité Limitée au capital social de 10 000 euros
Immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés de Pontoise sous le N° B 502 435 563,
Siège social : 209 Parc des copistes, 20 Avenue Berthe Morisot – 95220 Herblay France.

Droits d'auteur / Copyright

Conformément à la Loi « Informatique et Libertés » modifiée n° 78-17 du 6 janvier 1978, les informations vous concernant sont destinées à la société ENERGY OBSERVER, responsable du traitement. Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courriel à l'adresse électronique suivante : . En cas de rectification, une copie des informations telles que rectifiées sera communiquée à l'intéressé par voie électronique ou par courier

La présentation et chacun des éléments, y compris le nom de domaine, les marques, logos, enseignes, dessins, illustrations, photographies, textes, graphiques et autres fichiers apparaissant sur le présent site www.energy-observer.org, sont protégés par les lois en vigueur sur la propriété intellectuelle, et appartiennent à ENERGY OBSERVER SAS ou font l'objet d'une autorisation d'utilisation.

Aucun élément composant le site www.energy-observer.org ne peut être copié, reproduit, modifié, réédité, chargé, dénaturé, transmis ou distribué de quelque manière que ce soit, sous quelque support que ce soit, de façon partielle ou intégrale, sans l'autorisation écrite et préalable de ENERGY OBSERVER SAS à l'exception d'une stricte utilisation pour usage personnel, privé et non-commercial, sans modification des éléments présents sur le site www.energy-observer.org.

La mention suivante doit notamment apparaître sur toute copie autorisée de tout ou partie du contenu du site: "©Copyright ENERGY OBSERVER. Les photographies figurant sur le site www.energy-observer.org ne sont pas contractuelles."

Droits de ENERGY OBSERVER en sa qualité de producteur de bases de données

Tout, prospect ou partenaire dispose d’un droit personnel, non exclusif, incessible et intransmissible de consultation des informations contenues sur le site www.energy-observer.org pour ses propres besoins.

Il est autorisé à extraire et/ou réutiliser une partie du contenu de ce site à des fins personnelles de consultation, sous réserve que cette extraction et/ou réutilisation ne porte pas sur une partie, appréciée qualitativement ou quantitativement, substantielle du contenu de ce site. En outre, est également interdite l’extraction et/ou la réutilisation répétée du contenu, même non substantiel, de ce site.

Toute reproduction totale ou partielle du site à des fins autres est expressément prohibée par les articles L. 342-1 et L. 342-2 du Code de la propriété intellectuelle. Est également interdite la communication au public de tout ou partie du contenu du site, sous quelque forme et à destination de quelque public que ce soit.

En particulier, l’utilisation à des fins commerciales du contenu de ce site est expressément interdite.

Responsabilité

L'ensemble des informations accessibles via ce site sont fournies en l'état. ENERGY OBSERVER SAS ne donne aucune garantie, explicite ou implicite, et n'assume aucune responsabilité relative à l'utilisation de ces informations.

L'utilisateur est seul responsable de l'utilisation de telles informations.

ENERGY OBSERVER se réserve le droit de modifier à tout moment les présentes notamment en actualisant le site www.energy-observer.org.

ENERGY OBSERVER SAS ne pourra être responsable pour quel que dommage que ce soit tant direct qu'indirect, résultant d'une information contenue sur ce site.

L'utilisateur s'engage à ne transmettre sur ce site aucune information pouvant entraîner une responsabilité civile ou pénale et s'engage à ce titre à ne pas divulguer via ce site des informations illégales, contraires à l'ordre public ou diffamatoires.

ENERGY OBSERVER SAS met tout en œuvre pour offrir aux utilisateurs des informations et/ou des outils disponibles et vérifiés, mais ne saurait être tenue pour responsable des erreurs, d’une absence de disponibilité des informations et/ou de la présence de virus sur son site www.energy-observer.org.

Les sites extérieurs à ENERGY OBSERVER ayant un lien hypertexte avec le présent site ne sont pas sous contrôle de ENERGY OBSERVER qui décline par conséquent toute responsabilité quant à leur contenu. L'utilisateur est seul responsable de leur utilisation.

Lien hypertexte

La création de liens hypertexte vers le site www.energy-observer.org est soumise à l'accord préalable de ENERGY OBSERVER SAS. Pour toute demande, vous pouvez vous diriger vers les contacts donnés sur le site.

Messagerie

Pour toute remarque sur le fonctionnement du site www.energy-observer.org, vous pouvez envoyer un message à .

Important

Les messages que vous nous ferez parvenir par l'intermédiaire d'Internet peuvent être interceptés sur le réseau. Jusqu'à ce qu'ils nous parviennent, leur confidentialité ne peut être garantie.

Crédits

Fermer

Crédits

Crédit Photographies

© copyright photothèque Energy Observer -
Photos : Patrick AVAVIAN, Leah BALL, Jérémy BIDON, Kadeg BOUCHER, Pierrick CONTIN, Amadea KOSTRZEWA

Crédit Film de présentation

Image : Jeremie ELOY, Romain FROGÉ /Wanaii Films, Jean Charles GRANJON/Bonne Pioche, Julien VOIGT, Guillaume LE CORRE
Images 3D : Kadeg BOUCHER et Quentin CHICHE
Montage : Delphine COHEN
Direction artistique et graphisme : Cokau lab
Identité visuelle : Studio Be-Poles
Musique : Demusmaker
Mixage son : Rodolphe GERVAIS/Studio du faune
Réalisation : Jérôme DELAFOSSE

Crédit Web

Réalisation du site : DOUNY

Crédit Identité visuelle

Identité visuelle : Studio Be-Poles

Menu

Contact

Partenaires

  • AccorHotels
  • Thélem Assurances
  • Transport by Delanchy
  • Engie