Journée mondiale des Océans :
pour que vive le monde du silence

Plonger un hydrophone dans l’eau, c’est redécouvrir le monde sous-marin à travers les oreilles, et non les yeux, de ses habitants. Pour cette Journée Mondiale de l’Océan, le thème proposé par les Nations Unies en 2020 est « Les Innovations pour un Océan Durable ». Dr. Katia Nicolet, scientifique embarquée à bord d’Energy Observer, vous propose de revisiter une problématique mal connue: la pollution sonore dans les océans, et comment y remédier.

Le chant des océans

Depuis Cousteau, l’océan a été perçu comme le monde du silence. Ce concept ne pourrait être plus éloigné de la réalité. Cette immensité bleue est remplie de messages sonores voyageant sur des centaines de kilomètres, transmettant des informations et gardant des liens sociaux entre les créatures sous-marines.

Les juvéniles de poissons de récif, par exemple, vivent sous forme de larves en haute-mer et trouvent le chemin du récif grâce à son bruit. Ce fait est même utilisé pour aider le recrutement de juvéniles sur des récifs endommagés. Après un évènement de blanchissement corallien, par exemple, les poissons perdent leur maison, le récif s’éteint et devient silencieux. Les juvéniles sont alors désorientés. Certains scientifiques ont réussi à augmenter le taux de recrutement de jeunes poissons en émettant des sons de récifs en bonne santé pour les guider.

Les mammifères marins, comme les dauphins et les baleines, consacrent trois fois plus de neurones à l’audition que les mammifères terrestres. C’est à travers leurs chants et leurs clics que ces créatures communiquent entre elles, trouvent des partenaires, chassent leurs proies, se dirigent et perçoivent leur environnement.

Ce monde obscur est plein de bruits, un véritable chant de vie sous-marine.

Pollution sonore chronique

Il existe deux types de pollutions sonores, une pollution chronique et une aigue.

La pollution sonore chronique est le résultat du trafic maritime, et ce tapage double tous les dix ans depuis les années 80. Chaque navire émet des vibrations, des bruits de moteur, de pompes de refroidissement, de cavitation des hélices, etc… Ce brouhaha a un impact sur toute la vie sous-marine.

©shutterstock

Chez les mammifères, cela les empêche de communiquer, de trouver un partenaire ou de chasser. Quand la pollution n’est pas trop forte, les cétacés augmentent le volume de leurs chants et clics, comme quand nous élevons la voix pour parler au-dessus d’une musique trop forte. Mais si le volume de la pollution sonore s’élève encore, les cétacés se taisent.

Il a aussi été prouvé qu’une pollution sonore constante augmente le niveau de stress des cétacés ; et chez les orques, une augmentation du bruit provoque une diminution de 25% de leur temps de chasse. Chez les autres espèces marines, il a été démontré que certains crabes passent plus de temps à patrouiller pour se protéger d’un danger inexistant, plutôt que de s’occuper de leurs œufs. Une espèce de poisson demoiselle, Pomacentrus amboinensis, peine à percevoir ses prédateurs et voit ses chances de survie diminuer par deux lorsqu’il est exposé à des bruits de bateaux trop élevés.

Pollution sonore aigue

Les pollutions sonores aigues sont encore plus alarmantes. Elles sont causées par les opérations de prospection sismique par canons à air comprimé. Cette technique est utilisée pour détecter des gisements de pétrole dans les fonds marins, déployant 30 à 40 canons à air qui détonnent au même moment. Ces déflagrations sont équivalentes à un décollage de fusée ou à une éruption volcanique sous-marine. Et ces explosions sont répétées toutes les 9 à 12 secondes, pendant des semaines, voire des mois. Ces techniques émettent entre 220 et 250 décibels (le seuil de douleur est à 120 dB), un son tellement puissant qu’une prospection en Irlande peut être entendue à travers l’Atlantique, jusqu’à la côte Est des États-Unis.

Chez les cétacés, cette pollution sonore aigue les blesse physiquement, causant des pertes d’audition, mais également des hémorragies du cœur et du cerveau, pouvant aller jusqu’à la mort de l’animal. Même lorsque ces explosions ne les tuent pas, elles causent des désorientations et des paniques qui provoquent des échouages en masse.

©shutterstock

Certaines baleines ont été vues se cachant derrière des rochers pour se protéger du bruit, ou remontant rapidement à la surface, tentant de garder leur tête et leurs oreilles hors de l’eau.

L’impact de ces prospections sismiques sont encore mal connues sur le reste des créatures sous-marines. Pourtant, les preuves s’accumulent et sont effrayantes. En Espagne, entre 2001 et 2003, des échouages en masse de calamars géants ont été observés après l’utilisation de canons à air comprimé. Une étude exposant des poulpes, seiches et calamars à une pollution sonore en laboratoire démontre aussi que des sons à faible intensité et basse fréquence (50 à 400 hertz) causent des lésions et des ruptures dans le statocyste, l’organe responsable de l’équilibre, l’orientation et l’audition chez les invertébrés. Il est fort probable que la pollution sonore sous-marine perturbe les céphalopodes dans leur capacité à chasser, échapper aux prédateurs et même à se reproduire.

Encore plus problématique, l’utilisation des canons à air comprimé décime le zooplancton, ces organismes minuscules à la base de la chaîne alimentaire sous-marine. La déflagration est telle qu’elle tue le plancton jusqu’à 1,2km de distance – la distance maximale mesurée, ce qui laisse à penser que l’impact pourrait être plus grand. Détruire le plancton est l’équivalent aquatique de brûler une forêt, réduisant à néant la base même de l’écosystème.

Les innovations et solutions

Ne sous-estimons pas l’impact de la pollution sonore. À Guantanamo, les prisonniers sont torturés par des chansons passées en boucle à volume élevé pendant des jours et des jours, le but étant de faire perdre aux prisonniers leur santé mentale. Ce que l’on fait aux organismes marins n’est pas si différent.

Pourtant, il existe des solutions pour diminuer notre impact sonore sur le monde marin.

Une nouvelle technique de prospection sismique appelée Vibroseis pourrait diminuer la quantité de pollution sonore. Malheureusement, Vibroseis utilise également une amplitude de 210 dB, mais sur un temps plus court et sans une « traîne » sonore forte (entre 170 et 210 dB) inutilisable pour la prospection sismique. Donc cette nouvelle technique a moins de « déchet » de pollution sonore, mais est loin d’être anodin pour les organismes marins.

En ce qui concerne la pollution sonore maritime, le simple fait de surélever les machines pour qu’elles ne touchent plus la coque des bateaux permet de diminuer drastiquement le son transmis dans le milieu marin. Les systèmes de propulsion sans engrenage à pods sont également prometteurs dès lors qu’ils sont couplés à une pile à combustible. De meilleures hélices, qui évitent la cavitation (création de bulles d’air dans le train d’hélice), augmentent également le rendement du navire et diminue son émission de bruits parasites. Le moteur électrique reste très certainement le meilleur moyen de diminuer notre impact, car ce moteur ne produit pas d’explosion, nécessite moins de pièces mécaniques en mouvement et donc pas ou peu de refroidissement. Tous ces facteurs le rendant bien plus silencieux que son homologue à essence.

Energy Observer prouve depuis 3 ans que l’utilisation de la propulsion électrique, même hauturière, est réalisable. Grâce au vent, au soleil et à l’eau, il est possible de produire sa propre énergie électrique, la stocker sous forme d’hydrogène et l’utiliser au moment opportun. Cette révolution énergétique en mer permet de voyager sans polluer. Sans polluer l’eau et sans polluer les oreilles des habitants de l’océan.

Newsletter

Fermer

Inscription à la Newsletter

Mentions légales

Fermer

Mentions légales

Conditions d'utilisation du site internet energy-observer.com

Vous êtes actuellement connecté au site internet de Energy Observer SAS.
L'utilisateur en ayant accès à ce site s'engage à se conformer aux présente conditions d'utilisation.

Informations éditeur :

Ce site est édité par :
ENERGY OBSERVER
Société par Actions Simplifiée au capital social de 800 000 euros,
Immatriculée au Registre des Sociétés de Saint-Malo sous le N° 812 988 020 RCS Saint-Malo,
Siège social: 27, quai Duguay Trouin - 35400 Saint-Malo - France.
N° de Siren: 812 988 020

Direction de la communication corporate de ENERGY OBSERVER

6 bis, avenue Louis Martin
35400 Saint-Malo
France

Responsable de la publication : Victorien Erussard

Informations hébergeur :

Ce site est hébergé par :
GABOWEB
Société à Responsabilité Limitée au capital social de 10 000 euros
Immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés de Pontoise sous le N° B 502 435 563,
Siège social : 209 Parc des copistes, 20 Avenue Berthe Morisot – 95220 Herblay France.

Droits d'auteur / Copyright

Conformément à la Loi « Informatique et Libertés » modifiée n° 78-17 du 6 janvier 1978, les informations vous concernant sont destinées à la société ENERGY OBSERVER, responsable du traitement. Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courriel à l'adresse électronique suivante : . En cas de rectification, une copie des informations telles que rectifiées sera communiquée à l'intéressé par voie électronique ou par courier

La présentation et chacun des éléments, y compris le nom de domaine, les marques, logos, enseignes, dessins, illustrations, photographies, textes, graphiques et autres fichiers apparaissant sur le présent site www.energy-observer.org, sont protégés par les lois en vigueur sur la propriété intellectuelle, et appartiennent à ENERGY OBSERVER SAS ou font l'objet d'une autorisation d'utilisation.

Aucun élément composant le site www.energy-observer.org ne peut être copié, reproduit, modifié, réédité, chargé, dénaturé, transmis ou distribué de quelque manière que ce soit, sous quelque support que ce soit, de façon partielle ou intégrale, sans l'autorisation écrite et préalable de ENERGY OBSERVER SAS à l'exception d'une stricte utilisation pour usage personnel, privé et non-commercial, sans modification des éléments présents sur le site www.energy-observer.org.

La mention suivante doit notamment apparaître sur toute copie autorisée de tout ou partie du contenu du site: "©Copyright ENERGY OBSERVER. Les photographies figurant sur le site www.energy-observer.org ne sont pas contractuelles."

Droits de ENERGY OBSERVER en sa qualité de producteur de bases de données

Tout, prospect ou partenaire dispose d’un droit personnel, non exclusif, incessible et intransmissible de consultation des informations contenues sur le site www.energy-observer.org pour ses propres besoins.

Il est autorisé à extraire et/ou réutiliser une partie du contenu de ce site à des fins personnelles de consultation, sous réserve que cette extraction et/ou réutilisation ne porte pas sur une partie, appréciée qualitativement ou quantitativement, substantielle du contenu de ce site. En outre, est également interdite l’extraction et/ou la réutilisation répétée du contenu, même non substantiel, de ce site.

Toute reproduction totale ou partielle du site à des fins autres est expressément prohibée par les articles L. 342-1 et L. 342-2 du Code de la propriété intellectuelle. Est également interdite la communication au public de tout ou partie du contenu du site, sous quelque forme et à destination de quelque public que ce soit.

En particulier, l’utilisation à des fins commerciales du contenu de ce site est expressément interdite.

Responsabilité

L'ensemble des informations accessibles via ce site sont fournies en l'état. ENERGY OBSERVER SAS ne donne aucune garantie, explicite ou implicite, et n'assume aucune responsabilité relative à l'utilisation de ces informations.

L'utilisateur est seul responsable de l'utilisation de telles informations.

ENERGY OBSERVER se réserve le droit de modifier à tout moment les présentes notamment en actualisant le site www.energy-observer.org.

ENERGY OBSERVER SAS ne pourra être responsable pour quel que dommage que ce soit tant direct qu'indirect, résultant d'une information contenue sur ce site.

L'utilisateur s'engage à ne transmettre sur ce site aucune information pouvant entraîner une responsabilité civile ou pénale et s'engage à ce titre à ne pas divulguer via ce site des informations illégales, contraires à l'ordre public ou diffamatoires.

ENERGY OBSERVER SAS met tout en œuvre pour offrir aux utilisateurs des informations et/ou des outils disponibles et vérifiés, mais ne saurait être tenue pour responsable des erreurs, d’une absence de disponibilité des informations et/ou de la présence de virus sur son site www.energy-observer.org.

Les sites extérieurs à ENERGY OBSERVER ayant un lien hypertexte avec le présent site ne sont pas sous contrôle de ENERGY OBSERVER qui décline par conséquent toute responsabilité quant à leur contenu. L'utilisateur est seul responsable de leur utilisation.

Lien hypertexte

La création de liens hypertexte vers le site www.energy-observer.org est soumise à l'accord préalable de ENERGY OBSERVER SAS. Pour toute demande, vous pouvez vous diriger vers les contacts donnés sur le site.

Messagerie

Pour toute remarque sur le fonctionnement du site www.energy-observer.org, vous pouvez envoyer un message à .

Important

Les messages que vous nous ferez parvenir par l'intermédiaire d'Internet peuvent être interceptés sur le réseau. Jusqu'à ce qu'ils nous parviennent, leur confidentialité ne peut être garantie.

Crédits

Fermer

Crédits

Crédit Photographies

© copyright photothèque Energy Observer -
Photos : Patrick AVAVIAN, Leah BALL, Jérémy BIDON, Kadeg BOUCHER, Pierrick CONTIN, Amadea KOSTRZEWA

Crédit Film de présentation

Image : Jeremie ELOY, Romain FROGÉ /Wanaii Films, Jean Charles GRANJON/Bonne Pioche, Julien VOIGT, Guillaume LE CORRE
Images 3D : Kadeg BOUCHER et Quentin CHICHE
Montage : Delphine COHEN
Direction artistique et graphisme : Cokau lab
Identité visuelle : Studio Be-Poles
Musique : Demusmaker
Mixage son : Rodolphe GERVAIS/Studio du faune
Réalisation : Jérôme DELAFOSSE

Crédit Web

Réalisation du site : DOUNY

Crédit Identité visuelle

Identité visuelle : Studio Be-Poles

Menu

Contact

Partenaires

  • AccorHotels
  • Thélem Assurances
  • Transport by Delanchy
  • Engie